On est maître de l'amour que l'on donne,
On est esclave de l'amour que l'on attend.

 
Quand parfois rien ne veut s'arranger
Quand la route, pénible, continue de monter,
Quand les fonds sont en baisse, les dettes amoncelées,
Quand vous voulez sourire et que vous soupirez,
Quant tout vous presse, que vous êtes surmenés,
Faites une pause, mais ne baissez pas les bras.


La vie est surprenante avec ses volte-façes,
Chacun de nous un jour l'a constaté,
Maints échecs en succès ont été transformés :
Celui qui est en tête est parfois dépassé
Ne baissez pas les bras, bien que l'allure soit lente,
Un petit vent nouveau peut vous faire triompher.


Le but est bien souvent à portée de la main,
De l'homme fatigué, affaibli et chancelant.
Il arrive au vainqueur, parfois, de renoncer,
Alors que la victoire est au bout du chemin.
C'est après qu'il comprend, mais hélas trop tard,
Combien il était près de la couronne d'or.


Le succès, c'est l'échec qui change soudain de cap,
Et contourne très loin les nuages du doute,
Et nul ne peut dire si le but se rapproche,
Il peut être tout près alors qu'il semble loin.
Plongez dans la bagarre lorsque vous êtes en tête,
Et lorsque tout va mal, ne baissez pas les bras.


                            Camille Labrecque

 

 

<bgsound src="../Becaud-On_prend_toujours_un_train.wav" loop= &#8221;1000 &#8221;>