Frizou.org - Montage photos signets gratuits
  Textes Pause tendresses Citation  Pensées Contes par Yolande  Recueil Camille  Recueil de Plume Recueil de Yolande  Textes Claire De La Chevrotière  Textes de différents auteurs   Textes de Claude Marcel Breault  Textes de Robert Pelletier Textes de Philippe Straehl 

Textes du Temps des Fêtes

Textes divers 

Claude Marcel Breault   Textes De Philippe Straehl 

× Menu de temps des Fêtes

Merci de m'encourager!

 

 

Cliquez sur le carré pour les menus des textes

Ouvrir le menu

*~*~*Les yeux de l'amour*~*~*

Un adolescent vivait seul avec sa mère 
et ils avaient une relation privilégiée. 
Bien que le fils passe toutes ses parties de football 
assis sur le banc, sa mère était toujours 
dans les estrades pour l'encourager. 
Elle ne manquait jamais une partie.

Au début du secondaire, 
il était encore le plus petit de sa classe et sa mère, 
tout en continuant à l'encourager lui fit comprendre 
qu'il n'était pas obligé de jouer au football 
s'il ne voulait plus jouer. 
Mais comme il adorait le football, il décida de continuer.

Il était bien décidé à faire de son mieux 
à toutes les pratiques et espérait 
qu'on finirait peut-être par le laisser jouer un peu plus tard. 
Tout au long de son secondaire, 
il n'a jamais manqué une seule pratique ou partie, 
mais dû se contenter de réchauffer le banc. 
Fidèlement, sa mère était toujours dans les estrades et avait toujours des mots d'encouragement pour lui.

Lorsqu'il fit son entrée au collège, 
il décida de tenter sa chance aux essais 
afin d'être accepté comme recrue. 
Tout le monde était certain 
qu'il ne serait jamais accepté, mais il réussit.
L'entraîneur admit qu'il le gardait sur la liste 
parce qu'il participait de tout coeur à chaque pratique, ce qui, par le fait même, avait un effet motivateur sur ses coéquipiers. 
Lorsqu'il apprit qu'il avait été accepté, 
il fut si content qu'il courut au téléphone 
le plus près pour l'annoncer à sa mère.

Elle partageait son enthousiasme et reçut des billets de saison pour toutes les parties de l'équipe du collège. 
Ce jeune athlète tenace ne rata aucune pratique 
au cours de ces quatre années,mais ne fut jamais appelé à jouer dans un seul match.

C'était maintenant la fin de la saison de football junior et comme il arrivait sur le terrain en courant, quelque temps avant le grand match des éliminatoires, l'entraîneur vint à sa rencontre, un télégramme à la main.

Le jeune homme lut le télégramme et devint silencieux. 
Une grosse boule lui nouait la gorge 
lorsqu'il annonça à son entraîneur:
" Ma mère est décédée ce matin.
Est-ce que je peux manquer la pratique aujourd'hui? "
L'entraîneur pose doucement son bras autour de ses épaules et lui dit: " Prends congé pour le reste de la semaine, fiston. 
En fait, tu n'as même pas besoin de revenir pour la partie samedi prochain. "

Le samedi suivant, la partie ne se déroulait pas bien du tout.
Au troisième quart, alors que l'équipe traînait de l'arrière par 10 points, un jeune homme silencieux se faufila dans le vestiaire et revêtit son équipement. 
Lorsqu'ils le virent arrivant en courant, 
l'entraîneur et les coéquipiers furent abasourdis de le voir de retour si tôt.

" Entraîneur, s'il vous plaît, laissez-moi jouer. 
Je dois absolument jouer aujourd'hui. " lui dit-il. 
L'entraîneur fit semblant de ne pas l'avoir entendu. 
Il était hors de question qu'il fasse jouer son pire
joueur pendant un match aussi crucial. 
Mais le jeune homme insista et finalement, ayant pitié de lui, l'entraîneur accepta. " Ok, tu peux y aller. "

Quelques minutes plus tard, l'entraîneur, les coéquipiers et tous les spectateurs dans les estrades n'en croyaient pas leurs yeux.
Ce jeune inconnu, qui n'avait jamais joué auparavant, faisait exactement tout ce qu'il fallait et correctement.
L'équipe adverse n'arrivait pas à l'arrêter.
Il courut, bloqua et plaqua comme une étoile. 
Dans les dernières minutes de jeu, 
il intercepta une passe et courut sans s'arrêter et marqua le point gagnant. 


Les spectateurs sautaient de joie.
Ses coéquipiers, le portèrent sur leurs épaules.
Des applaudissements comme on en avait jamais eu.
Finalement, une fois que les estrades furent vides, et que le joueurs eurent pris leur douche et quitté le vestiaire,l'entraîneur remarqua le jeune homme assis en silence dans un coin. 
Il lui dit: " Fiston, je n'arrive pas à y croire. Tu as été fantastique. 
 

Dis-moi ce qui t'est arrivé? Comment as-tu fait? "

Les yeux emplis de larmes, il regarda l'entraîneur et lui dit:" Vous savez que ma mère est décédée cette semaine, mais saviez-vous qu'elle était aveugle? " Il avala avec difficulté
et s'efforça à sourire: " Ma mère est venue à toutes mes parties, mais aujourd'hui, c'était la première fois qu'elle pouvait me voir
jouer et je voulais lui montrer que j'étais capable de bien jouer. "
Souviens-toi TOUJOURS DE CECI
 

Quelqu'un est très fier de toi.
Quelqu'un pense à toi. 
Quelqu'un se fait du souci pour toi. 
Quelqu'un s'ennuie de toi. 
Quelqu'un veut te parler. 
Quelqu'un veut être avec toi. 
Quelqu'un espère que tu n'as pas de problèmes. 
Quelqu'un espère que tout ira pour le mieux pour toi. 
Quelqu'un désire que tu sois heureux. 
Quelqu'un a très hâte de te voir. 
Quelqu'un t'aime tel que tu es. 
Quelqu'un est content de t'avoir comme ami. 
Quelqu'un veut que tu saches qu'il sera toujours là pour toi. 
Quelqu'un a besoin de ton soutien.
Quelqu'un a besoin de savoir que tu crois en lui. 
Quelqu'un te fait confiance.
Quelqu'un se souvient de toi en entendant une chanson.

Tu es une personne importante!
Ne l'oublie jamais.

 

 

 

  Note Si vous avez de la difficulté

à ouvir le lien pour partager sur facebook

ou sur le gif partager cette page.

Cliquez sur le lien et ctrl en même temps pour
ouvrir dans une autre page

Les textes Pause Tendresse

  Merci de vos encouragements !