Il faut brancher ...............

grand-père

ou grand-mère !

À l'hospice....(Pardon, il faut maintenant dire un CHSLD,
pour centre hospitalier de soins de longue durée) c'est nul
À l'hospice, donc le beau-père passait ses grandes journées
à ruminer de sombres pensées dans sa chaise roulante.
La plupart du temps seul avec quatre murs drabes,
la télé éteinte et 80 ans de souvenirs.
Ses heures s'écoulaient au compte-gouttes dans ce qui n'était
plus que la salle d'attente de la mort.


Je me disais que je préférerais crever plutôt que de me retrouver
en perte d'autonomie dans ce genre de prison sans barreaux
avec vue imprenable sur le néant.
Plus maintenant.
Le jour où mes adorables petits-enfants vont décider
de placer pépé, "ou mémé" je vais accepter volontiers
mais à une condition: qu'ils me branchent !
Pas sur un poumon d'acier ou un moniteur cardiaque !
Sur Internet pardi !.


Même cloué dans un fauteuil roulant et cloîtré dans une chambre,
avec Internet, je ne serais jamais tout seul.
Mes chéris pourraient être en Chine et moi à Châteauguay
et grâce à une petite caméra qui ne coûte même pas 100$,
je pourrais les voir et jaser avec eux tous les jours,
sans que ça me coûte un rond.
Je pourrais me faire battre aux échecs par les meilleurs
joueurs du monde, visiter des musées, écouter des films,
envoyer des cartes de Saint-valentin animées ou encore
collectionner les vieux succès des années 70.
L'autre jour, avec le logiciel Napster bien connu,
j'ai cherché, par curiosité, une pièce quétaine intitulée "M. Le Robot",
d'un ancien groupe appelé
Les Lutins qui sévissait dans mon enfance.
Ô surprise!
La chanson y était.
C'est vous dire tout ce qu'on peut trouver sur la toile.
Des dizaine de logements pour personnes âgées sont en construction,
sans compter les résidences et les centres d'accueil existants.
"Tous ces vieux devraient être abonnés à Internet"
que je prêchais récemment à qui voulait l'entendre.
Certains étaient sceptiques.

Bien les voilà confondus.
Le programme pilote mené auprès de résidants de 70 à 90 ans
d'un centre d'accueil de Côte Saint-Luc a démontré que les nouvelles
technologies de l'information peuvent contribuer à rehausser
l'estime de soi des aînés et à améliorer leur santé,
tant physique que mentale, selon l'article.
L'activité préférée des pensionnaires:
l'échange de courrier électronique avec leurs enfants et petits-enfants.
La coordonnatrice de la recherche, citée dans le quotidien,
déplore qu'on a trop souvent tendance à infantiliser
les personnes âgées et à croire qu'elles sont incapables d'apprendre.

Diantre, vieillir ne rend pas épais!
On ne devient pas demeuré du simple fait de dépasser l'âge de la retraite.
Avec de l'équipement adapté, des claviers munis de touches plus grosses,
par exemple et quelqu'un qui lui enseigne les bases,
n'importe quel octogénaire peut maîtriser la
navigation dans le monde virtuel.

Allez, confiez une souris à grand-père ou grand-mère,
ça lui fera un domaine où il sera encore vert....

Auteur : Michel Thibault 
        de Châteauguay.

 

 

 

  Merci de vos encouragements !

ICI  Partager cette page Envoyez cette page