Les voies secrètes de la tendresse

Qui d'entre nous, parents, n'a pas reçu maintes fois cette phrase en plein coeur et qui n'a renoncé alors à l'envie de se justifier?
Un jour quand mes enfants seront assez grands pour comprendre, je leur expliquerai...

C'est parce que je t'aimais que je te harcelais pour savoir où tu allais, avec qui, et à quelle heure tu rentrerais.

C'est par amour que je t'ai poussé à acheter une bicyclette avec ton propre argent.

Que, sans mot dire, je t'ai laissé découvrir par toi-même que tel ami choisi entre mille, ne valait pas grand-chose.

Que je t'ai obligé à rendre à l'épicier une tablette de chocolat entamée et à te faire avouer que tu l'avais volée.

Que j'ai passé deux heures à te faire ranger ta chambre alors que cette tâche ne m'aurait pris à mois plus d'un quart d'heure.

C'est par amour que je t'ai laissé voir ma colère, ma déception, mon chagrin et mes larmes.

Que je t'ai souvent refusé. ce que disais-tu, toutes les autres mères permettaient.

C'est parce que je t'aimais que je devinais ton mensonge quand tu me racontais qu'à telle soirée, il y aurait des grandes personnes et aussi que je te pardonnais quand mes soupçons se confirmaient.

C'est parce que je t'aimais que je te faisais descendre de mes genoux, que je lâchais ta main, que je restais insensible à tes prières et sourde à tes exigences, je voulais absolument que tu apprennes à te tirer d'affaire sans moi.

C'est par amour que je t'ai accepté tel que tu es sans songer à ce que j'aurais souhaité que tu sois.

C'est par amour, surtout, que j'ai eu le courage de te dire non, sachant très bien que tu m'en voudrais. Et cela a été plus dur que tout le reste.

 

 

 

  Merci de vos encouragements !

ICI  Partager cette page Envoyez cette page