À ma petite battante


À ma petite battante, à ma petite colombe,
je ne peux pas t'écrire avec la tristesse au coeur,
ce serait oublier qui tu étais.
Celle qui nous faisait tous rire,
de par sa folie de vivre à tout prix,
envers et contre tout et tous.
La vie t'a joué un sale tour,
tu n'as pourtant pas manqué d'atours
pour déjouer ce cruel ennemi, le cancer.
Fidèle à toi-même, tu en as expérimenté plus d'un....
Tu t'entêtais, tu nous répétais de ne pas s'en faire,
qu'avec nous tu resterais, tu vaincrais...
Ton sourire magique rendait tout le monde heureux,
tes yeux lumineux, pleins de vérité nous suppliaient de rester
à tes côtés, sans même parler, selon ton désir...
Tu nous demandais peu, seulement t'aimer et t'entourer, te câliner.
Toi, ma fille que j'ai bercée, mon coeur se serre car je sais que prochainement
tu aurais fêté ton quarante-sixième anniversaire....
Ta résistance a cédé trois mois, trop tôt...
Te voilà enfin libérée de toutes tes souffrances,
tu as bien mérité ta délivrance.
Je le sais mais tu es ma grande fille et déjà tu me manques...
Que tu n'y sois plus se veut le pire combat de ma vie.
Pour nous tu résistais,
pour tout ton petit monde adoré.
Maintenant je te laisse t'envoler, ma si jolie colombe...
Va en paix, va vers la liberté de ton être....
Ne t'en fais pas, jamais je ne t'oublierai
et toujours ton rire j'entendrai en espérant
le moment de te retrouver...

Je t'aime ma chérie....

MarieGin

Demande spéciale

Partager sur facebook